La voiture volante parée au décollage !

Terrafugia TF-X
Crédits : http://www.terrafugia.com

Blade Runner, Le 5ème élément, Retour vers le futur… La science-fiction nous les promet depuis longtemps, mais lorsqu’on lève les yeux, toujours pas l’ombre d’une voiture volante ! Cela ne va peut-être pas durer.

En 1940, Henry Ford, grand acteur de l’histoire de l’automobile, l’avait déjà imaginé. Un jour, l’aviation et l’automobile combineraient leurs technologies pour créer une voiture volante.

Dans le passé de nombreux projets ont d’ailleurs déjà vu le jour ! L’Airphibian, l’Aerocar, l’AutoplanePlusieurs voitures volantes ont déjà existé et fonctionné mais, faute de moyens et de technologie suffisamment aboutie, l’engouement pour ces véhicules n’a jamais vraiment décollé.

De nos jours, et à la vitesse où évoluent les technologies sur les drones et les voitures autonomes, la voiture volante pourrait bien prendre enfin son envol !

Ehang 184
Crédits : http://www.ehang.com

Ainsi, au dernier CES (salon consacré à l’innovation technologique), un constructeur chinois a dévoilé son projet de voiture volante : L’EHang 184, un drone quadricoptère doté d’un système de pilotage automatique et capable de transporter une personne à travers les airs. Une fois installé à bord, il suffit de planifier son itinéraire sur une application du style Google Maps et de cliquer sur décoller. Pas besoin d’être un pilote chevronné, le drone s’occupe de tout ! En phase de tests, il a été jugé assez sûr par l’agence de réglementation aérienne américaine, pour effectuer des vols d’essais sur le sol des États-Unis.

Seul bémol, ce n’est pas vraiment une voiture volante ! En effet, cet engin n’est conçu que pour voler dans les airs.

Aeromobil
Crédits : http://www.aeromobil.com

L’aeromobil est un projet slovaque de voiture qui peut se transformer en avion grâce à ses ailes rétractables qui se déploient en quelques secondes. Son premier vol a eu lieu en octobre 2014. Elle roule à l’essence et peut atteindre les 160km/h sur route et 200km/h dans les airs. Il subsiste toutefois quelques inconvénients : pour l’utiliser dans les airs, il faudra posséder une licence de pilotage et, comme pour un avion, elle a besoin d’une distance de 250 mètres pour décoller et de 50 mètres pour atterrir. Mais Juraj Vaculik, le PDG de la société nous promet déjà la version totalement autonome pilotée automatiquement. Et pour le décollage, il a aussi une solution : aménager une voie sur les autoroutes, réservée aux opérations de décollage et d’atterrissage des voitures volantes.

Pour résoudre ces désagréments, la société américaine Terrafugia, qui travaille depuis une dizaine d’années sur les voitures volantes a imaginé la TF-X. Un véhicule hybride capable de se transformer en une sorte d’hélicoptère en quelques secondes. Le décollage et l’atterrissage se faisant à la verticale, vous pourrez décoller de votre jardin ! On pourra l’utiliser en mode manuel (avec licence de pilotage donc) ou en mode tout automatique. Il y aura même un parachute de secours à déployer en cas d’urgence (on n’est jamais trop prudent !). Sa conception prendra encore 8 à 12 ans mais vous pouvez déjà avoir un aperçu de ce que devrait être ce véhicule avec cette vidéo.

Dans le marché des véhicules volants, le français Michel Aguilar, ingénieur retraité de la DGA souhaite aussi tirer son épingle du jeu grâce à l’Xplorair. Un véhicule également capable de s’envoler à la verticale sans ailes ni hélices, grâce à un système de propulsion innovant : le thermo-réacteur !

Et ces projets ne sont qu’un avant-goût de ce que nous réserve l’avenir. Même l’Union européenne travaille sur un projet de véhicule volant et on vient d’apprendre que Larry Page, cofondateur de Google investit secrètement depuis plusieurs années dans diverses entreprises qui travaillent sur des projets similaires.

Quant à Elon Musk, l’homme qui souhaite coloniser Mars avec sa société SpaceX, il pense que l’avenir de l’automobile n’est pas aérien mais souterrain ! Plutôt que de faire voler les voitures et de risquer de multiplier les crashs aériens et d’augmenter la pollution sonore, il préconise de creuser de nombreux tunnels et de les faire rouler sous nos pieds.

Alors, à votre avis, l’avenir de l’automobile : sous terre ou dans les airs ?

A propos de Sébastien 5 Articles
Nostalgeek des jeux vidéo des années 90, je m’intéresse de près à l’évolution des nouvelles technologies et à la progression de la culture libre !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.