Flower, un poème écologique

Derrière l’apparente simplicité du jeu Flower se cache un poème écologique universel. Un univers sublime signé Jenova Chen, le maître des jeux zen.

Sorti en 2011 par Thatgamecompany, Flower forme avec Journey et Sky : children of the light la sainte trinité du jeu vidéo contemplatif, spécialité de ce studio chinois. En effet, ces trois jeux nous invitent à la sérénité et au voyage, avec une volonté assumée de vouloir combattre les clichés qui accompagnent l’industrie vidéo-ludique : la violence, l’addiction et le stress. Jenova Chen, le cofondateur du studio revendique d’ailleurs fréquemment vouloir réaliser des anti-GTA.

Dans Flower, nous incarnons un doux vent de printemps qui traverse d’immenses contrées merveilleuses. Notre quête se dessine alors : apporter la vie à de multiples fleurs qui n’attendent qu’à éclore sur notre passage. C’est alors que le monde retrouve ses couleurs au rythme du vent !

Plus qu’un jeu, un message !

Dans Flower vous serez seul face à la nature ! - crédits : Insert-Coin
Dans Flower, vous serez seul face à la nature ! – crédits : Insert-Coin

Flower est une expérience de contemplation, une sorte de poème écologique, reflet d’une tension constante entre l’expansion urbaine galopante et le besoin souvent inavoué d’un retour à une nature originelle. S’immerger dans Flower, c’est redécouvrir un sentiment de liberté intense !

Un autre regard sur les jeux contemplatifs

Les jeux dit « contemplatifs » nous immergent dans des univers apaisants, sans narration directive, pour nous pousser à l’introspection et nous inviter au voyage. Ici, il n’est pas question de se battre, de tirer. Il n’y a pas ou peu d’interactions possibles avec l’environnement qui nous entoure : notre seule capacité est uniquement celle de nous mouvoir, à notre gré, sans contrainte ni objectifs précis. C’est une véritable fracture avec les jeux « classiques ».

Flower n’a pas d' »histoire » à proprement parler. Mais il est porteur d’émotions, et d’un message qu’il nous faut décrypter, un art qu’il nous faut saisir. Au même titre qu’enfant nous imaginions des aventures dont les poupées et autres légos inanimés étaient les héros, ici nous construisons notre propre « histoire », à partir certes de quelques maigres éléments contextuels offerts par le jeu, mais surtout au travers de nos émotions et ressentis « en jeu »… Ainsi, chaque joueur de Flower vit une expérience qui lui est unique, et une compréhension de son « message » qui lui est propre.

Finalement, jouer aujourd’hui à Flower est un acte de rébellion. C’est s’accorder une parenthèse intime et introspective, loin du vacarme assommant de nos vies modernes.

A propos de Jordan D 8 Articles
j'aime énormément tester divers jeux vidéo de tout genre, mais mes préférés sont ceux de stratégies tels que Civilisation ou la série des Total War. Je suis également grand fan d'animation japonaise et de jeux de rôle.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


un × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.